Façonner les roches ornementales et de construction


Une fois extraites, les roches ornementales sont travaillées, découpées, mise en forme, taillées, gravées ou sculptées. Ces opérations sont réalisées soit de façon industrielle dans des usines ou tailleries, soit de façon artisanales dans les ateliers de taille de pierre, de gravure ou de sculpture.

LE FACONNAGE INDUSTRIEL EN USINE

 

Les roches ornementales et de construction doivent, pour leur mise en œuvre, correspondre à la fois à :

* des critères de taille et de forme bien définis, longueur, largeur et épaisseur des éléments à poser,
* et des critères d’état de surface : brut de sciage, lisse, poli, bosselé et autres surfaçages particuliers comme le bouchardage, le layage ou le flammage, par exemple.

 

Le travail en taillerie consiste dons à fabriquer des modules de roches aux cotes et à l’aspect de surface souhaité pour pouvoir ensuite les mettre en œuvre dans telle ou telle application. Un dallage ou un parement mural nécessitent des éléments parfaitement calibrés.
Les principales opérations de façonnage industriel des roches consistent dans le sciage et les différentes opérations de surfaçage.

 



Les blocs extraits en carrière sont stockés près de la taillerie où ils sont façonnés à la demande

 





 

Le sciage des roches

 

La fabrication de plaques et de carreaux de faible épaisseur (quelques centimètres) nécessite de les trancher ; cette opération est réalisée sur des châssis de sciage. Ceux-ci comportent plusieurs lames en parallèle, affectées d’un mouvement de translation et de descente progressive qui découpe lentement la roche en plusieurs tranches à la fois.

 

Les tranches sont ensuite commercialisées en l’état, ou polies, ou encore découpées en modules standard. Le découpage en carreaux standard de 30x30 ou 40x40 se fait sur des chaînes de façonnage entièrement automatisées.

Le sciage des roches, en particulier pour les éléments plus épais façonnés à l’unité, est le plus souvent effectué par des scies circulaires à lames diamantées. Les lames de scie peuvent parfois mesurer plusieurs mètres de diamètre.




Un châssis de sciage est constitué d’une ou plusieurs lames parallèles espacées de quelques centimètres qui, en effectuant un mouvement alternatif de translation et de descente, découpent la roche en tranches. La vitesse de découpe dans un granit est lente et les machines travaillent seules, y compris la nuit.






 



Les roches peuvent être découpées par des scies circulaires dont les lames sont munies de pastilles diamantées.

 





 

Le façonnage des surfaces

 

Le deuxième type d’opération nécessaire pour la fabrication de modules de roches ornementales et de construction, est la réalisation des aspects de surface. Celui-ci peut être brut de sciage, comme pour de nombreux moellons de pierre de taille ; cependant, plus généralement, il peut revêtir un aspect particulier comme le polissage, le flammage ou le bouchardage.
 

* Le polissage consiste à user la surface de la roche avec des disques rotatifs et des pâtes abrasives de plus en plus fines jusqu’à obtenir une surface très lisse, ce qui lui confère un aspect brillant caractéristique. Cependant toutes les roches ne peuvent pas prendre le poli. Seules les roches dures comme les granit, les calcaires marbriers et les marbres, les quartzites, peuvent acquérir cet état de surface.





Vue d'ensemble d'un atelier de façonnage de la pierre








 

* Le flammage consiste à soumettre la surface de la roche au passage de la flamme très chaude d’un chalumeau ce qui provoque l’éclatement des cristaux du dessus et l’acquisition d’un état de surface rugueux. De nombreuses roches dures utilisées en voirie sur les sols en plein air et les trottoirs sont ainsi traitées par flammage.

 



La flamme du chalumeau éclate la surface de la roche et lui confère un aspect particulier

 






 

* Le bouchardage est une technique très ancienne qui consiste à frapper la surface de la roche avec une masse munies de pointes ce qui crée des rayures de tailles et d’aspect différents. Cette technique était très utilisée jadis pour les pierres de construction. Le bouchardage est aujourd’hui réalisé en machine ou grâce à des marteaux à boucharder pneumatiques.

 

 

LE TRAVAIL ARTISANAL DE LA PIERRE : TAILLER, GRAVER, SCULPTER

 

Le tailleur de pierre, héritier de la tradition des bâtisseurs de cathédrales et de châteaux est un artisan qui, à l'aide de machines et/ou d'outils à main, façonne des bloc de pierre, de marbre ou de granit et donne la forme voulue aux morceaux débités en suivant des normes très précises données par croquis ou gabarits.

 

Le métier de tailleur de pierre est indispensable aux travaux de restauration et d’entretien du patrimoine architectural. C’est aussi une activité nécessaire dans les constructions modernes.

 

Il exerce soit dans un atelier, soit sur un chantier de construction. Il réalise en volume, une oeuvre ou les éléments d'une oeuvre après en avoir assuré le relever, le croquis simple, l'esquisse et l'appareillage (dessin des différents éléments à assembler). Il assure le débitage d'un bloc manuellement ou mécaniquement. Il effectue le traçage et les travaux de taille sur différents matériaux. Il polit (manuellement ou mécaniquement) un ouvrage. Il harmonise différentes couleurs et différents veinages de matériaux pour donner à l'ouvrage caractère et originalité.

 

La taille de pierre passe par un sens artistique réel et une bonne perception des formes et des volumes, alliée à une adresse naturelle. Le métier nécessite une dextérité pour donner à la pierre la forme voulue.
De nombreux tailleurs de pierre sont des artisans indépendants. Beaucoup d’entre eux travaillent sur des chantiers de rénovation des monuments historiques et participent ainsi à la valorisation du patrimoine architectural national.

 



Le tailleur de pierre effectue le traçage et le façonnage des différents blocs de pierre entrant dans la constitution d’un ensemble architectural.









A sa façon, le fendeur d’ardoise taille la pierre suivant sa structure naturelle pour en faire un élément de couverture.

 






 

Le graveur sur pierre réalise sur toutes les natures de roche utilisées en marbrerie et dans la décoration, les inscriptions et les motifs décoratifs. Il travaille soit en atelier, soit sur le terrain. Entièrement maître de son oeuvre, il en est l'artisan. Il procède aux relevés des motifs décoratifs et aux traçages des inscriptions. Il réalise manuellement ou au moyen d'outils mécaniques (ou électroniques), les motifs décoratifs et les inscriptions. Il vernit, dore, polit, lustre les motifs et les inscriptions. Il travaille surtout des éléments en pierre, marbre, granit et grès. Il peut se voir confier des travaux de décoration faisant appel à des notions de sculptures de bas-reliefs.
L'exercice du métier de graveur sur pierre nécessite dextérité manuelle, sens artistique développé, aptitude au dessin d'art et minutie.

 



Avec un fin ciseau à pierre, le graveur « sculpte » les lettres des mots qu’il grave sur la pierre.









Avec marteau et ciseau, le sculpteur donne à la pierre une forme spécifique, réaliste ou abstraite… Il tire partie de sa matière et de ses nuances pour créer une œuvre, source d’émotions pour l’amateur… travail d’artiste…

 


Fort de son art le sculpteur fait vivre la pierre pour lui donner une forme, source d’émotion pour l’amateur.

 






 

LES OUTILS TRADITIONNELS DE TAILLE DE PIERRE

 

Outils de frappe :

 

Les masses et massettes sont des marteaux à deux faces de fer plats pour taper sur les ciseaux

Le pic est un marteau dont le fer possède une pointe de chaque côté. Il est destiné au gros œuvre pour dégrossir le travail

Le marteau du tailleur de pierre s’appelle le « têtu ». Il possède une partie plane pour taper sur le ciseau et une partie en pointe pour piquer la pierre.

Le marteau à brêlure est muni d’une lame à dents, la « brêlure » aussi appelée « grain d’orge »

La boucharde ressemble à une masse, mais sa destination est toute autre. Les deux surfaces devant toucher la pierre sont garnies de pointes, ce qui permet de pulvériser la surface de la pierre afin de la niveler, de l'aplanir. Elle est destinée aux pierres très dures.

La boucharde est un outil inventé au 19 ème siècle pour ravaler les façades en pierre dure et faire disparaître les traces de sciage avant de parementer la pierre.

 

Outils de taille :

 

Les ciseaux sont les outils pour travailler la pierre et lui donner sa forme

La pointe est une tige à section octogonale terminée par une... pointe. Elle mesure de 15 à 30 cm environ.

La gradine est une tige se terminant par une section plate crénelée. En fait, il en existe plusieurs catégories se rapprochant soit d'un ciseau (au sens où la partie crénelée est tranchante - on parle de "dents plates"), soit d'une série de pointes pénétrantes en ligne ("dents pointues"). Cet outil est très efficace pour dégager les formes de manière relativement précise.

Le ciseau est une tige dont un bout est plat et présente le plus souvent un tranchant droit. Le ciseau affine le travail réalisé avec la gradine. Les petits ciseaux (tiges courtes) permettent de sculpter des détails à l'aide de maillets de bois plutôt que de masses.

 

Outils de coupe et de surfaçage :

 

La scie à pierre tendre, munie de grosses dents, est appelée « crocodile ».

Les guillaumes sont des rabots semblables à ceux pour travailler le bois, mais à deux lames et dont le dessous est muni d’une plaque en fer.

Les « chemins de fer ou rabotins » sont des sortes de rabots qui servent à surfacer la pierre tendre, avec leurs nombreuses lames.

 



Héritiers d’une longue tradition historiques, tailleurs, graveurs et sculpteurs utilisent toujours des outils traditionnels pour travailler la pierre

 

Partager cet article Bookmark and Share